Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Nissan Kicks 2021 : c'est vendredi... allons-y !

Nissan Kicks 2021
Photo : D.Boshouwers
Le meilleur taux d'intérêt
Derek Boshouwers
Cet utilitaire urbain peut se transformer en aventurier de week-end, mais il a des limites

Auto123 met à l'essai le Nissan Kicks 2021.

Ce produit Nissan s’est implanté rapidement et solidement dans la catégorie des petits VUS, qui est en pleine expansion au Canada, au point d’en devenir un de ses principaux protagonistes. Pas surprenant, puisque le Kicks, qui est agile et polyvalent, s’accommode aussi bien de sa vocation urbaine que de ces occasionnelles aventures de week-end que peuvent s’offrir un couple ou une petite famille.

J’ai pu profiter de ses aptitudes en passant une semaine au volant d’un Kicks 2021 avec, en bonus, deux vélos de montagne fournis par le constructeur. Ce qui semblait être un geste amical destiné à m’extirper de la ville, pour profiter de l’air frais et de la nature, aurait pu prendre une tournure différente. Au terme d’une descente rapide, votre humble serviteur (un débutant dans cette discipline de cyclisme) s’est senti soulagé de ne pas s'être cassé le cou ! C'était à se demander si Nissan m'avait, peut-être, voulu du mal. Mais d’ordinaire, cela se produit APRÈS la publication d’un article peu favorable. Jamais avant.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel de mon expérience avec le Kicks s’est déroulé en ville et sur les autoroutes environnantes, en somme l’habitat naturel d’un petit multisegment comme celui-là. Pour l’essentiel, cette expérience de conduite m’a rappelé les performances très correctes et le comportement routier d’un Kicks conduit antérieurement. Cela n’a rien de surprenant puisque le modèle 2021, qu’on dit nouveau, a somme toute peu changé.

Une part sa nouveauté tient à l’esthétique qu’on a retouchée. On remarque donc les pare-chocs redessinés, les phares plus effilés et cette calandre de forme plus expressive. Toutefois la peinture deux tons figure toujours au catalogue comme en témoigne notre véhicule d’essai avec sa carrosserie rouge vif (une couleur appelée « braise écarlate ») coiffé d’un toit noir, une combinaison qui m’a plu.

Nissan Kicks 2021, profil
Nissan Kicks 2021, profil
Photo : D.Boshouwers

À l’intérieur, on remarque la console centrale qui a été réaménagée et les nouveaux matériaux qui habillent les sièges. De plus, désormais, certaines versions bénéficient de freins à disque à l’arrière et un régulateur de vitesse adaptatif figure au catalogue.

La gamme se présente ainsi. Le modèle de base offert à partir de 21 843 $ est livré avec les systèmes Android Auto et CarPlay d’Apple. Il y a ensuite la version SV (24 843 $), qui a des roues en alliage de 17 pouces, un démarreur à distance, un volant gainé de cuir et le régulateur de vitesse adaptatif. Pour la version SR (26 043 $), à cela s’ajoutent des longerons de toit noirs, une calandre chromée foncée, des phares à DEL avec feux d’appoint distinctifs également à DEL. Puis, au sommet de la pyramide, la version SR Privilège (26 943 $) bonifie cette dotation du Kicks avec un écran de visualisation du périmètre sur 360 degrés, une chaîne audio Bose Personal Plus avec haut-parleurs dans l’appuie-tête du conducteur, des sièges habillés de Prima-Tex et des roues en alliage noires. C’est d’ailleurs cette version que nous avons essayée.

Avec un véhicule de 21 843 $, il ne faut pas s’attendre à la dotation la plus étoffée qui soit. Manifestement, la priorité du constructeur était de livrer l’essentiel auquel s’attend la clientèle ciblée à un prix abordable. Notre version SR, par contre, avait un équipement beaucoup plus sophistiqué. Alors, à vous de décider quels équipements et quelles options sont essentiels pour choisir la version vous convient le mieux.

Nissan Kicks 2021, intérieur
Nissan Kicks 2021, intérieur
Photo : D.Boshouwers

Quel que soit votre choix, vous obtiendrez un véhicule à roues avant motrices (il n’y a pas de transmission intégrale) animé par un 4-cylindres de 1,6 litre qui livre 122 chevaux et 114 lb-pi de couple par le biais d’une boîte de vitesses automatique à variation continue. Oui, oui, ce type de boîte automatique qui a valu à Nissan quelques critiques au fil des ans. Pourtant, la boîte de ce véhicule s’est avérée efficace. Même si parfois elle faisait hurler le moteur, lorsqu’on le sollicitait hardiment, il faut admettre qu’elle a bien fait son boulot. Il ne faut pas être trop exigeant. Après tout, c’est un Kicks, pas une M3...

On pourrait toujours rêver d’un moteur produisant plus que ces 122 chevaux, mais compte tenu du prix du véhicule, il fait parfaitement l’affaire ! D’ailleurs, avec un Kicks, vous ne ferez jamais un départ en trombe à un feu vert (une idée pareille serait ridicule). Par contre, sa capacité d’accélération suffit amplement pour accéder à une voie rapide ou effectuer un dépassant sans stress. C’est pleinement satisfaisant.

Le Kicks 2021 n’est pas le véhicule le plus « techno » qui soit. Il n’offre même pas de système de guidage. À tout le moins, la quincaillerie dont il dispose est décente, satisfaisante, voire même excellente, selon le cas. C’est particulièrement vrai pour la version haut de gamme SR qui dispose, entre autres, d’une bonne chaîne audio avec haut-parleurs dans l’appuie-tête du conducteur. De plus, toutes les versions, sauf celle d’entrée de gamme, ont un écran tactile de 8 pouces facile à utiliser avec un système multimédia qu’on n’a pas alourdi de commandes multiples. Le conducteur retrouve plutôt des commutateurs à portée de main pour les commandes essentielles (climatisation, niveau sonore de la radio, etc.). De plus, derrière le volant, à gauche de l’indicateur de vitesse, il a à sa disposition un écran de 7 pouces personnalisable.

Nissan Kicks 2021, avant
Nissan Kicks 2021, avant
Photo : D.Boshouwers

Comme je l’écrivais plus haut, le Kicks est idéal pour la ville en raison de ses dimensions réduites, son faible rayon de braquage et sa grande agilité. Son comportement sur l’autoroute est tout aussi louable, comme nous avons pu le constater lors de quelques journées consacrées à des activités de loisirs. Le confort des sièges est très convenable, surtout à l’avant, et la suspension fait bien son travail, bien appuyée par les pneus de 17 pouces qui font défaut à la version d’entrée de gamme. La visibilité dans toutes les directions est excellente avec cette carrosserie plutôt « carrée »; une carrosserie assez massive pour ne jamais donner l’impression d’être écrasé par les véhicules plus gros qui nous entourent dans le trafic, à l’heure de pointe.

En conduite hivernale, l’absence d’une transmission intégrale me chicoterait sans doute un peu plus que durant ces agréables balades estivales que nous avons faites. À l’acheteur de décider s’il s’agit d’une nécessité, car on retrouve sur le marché plusieurs modèles rivaux offrant quatre roues motrices (bonjour Subaru Crosstrek). En revanche, sans ce système, le Kicks peut faire miroiter une cote de consommation moyenne de tout juste 7,2 litres / 100 km.

Il y a un dernier point qu’il faut soulever. Il ne faut pas s’attendre à avoir un coffre aussi volumineux que dans un VUS compact. Si vous transportez régulièrement beaucoup de matériel, optez plutôt pour un Rogue (le Qashqai, qui se situe entre ces deux véhicules, ayant un coffre légèrement moins spacieux que celui de son petit frère). Dans le Kicks, derrière les dossiers arrière, on dispose de 716 litres de volume utile, cote qui passe à 1 503 litres lorsqu’on les replie. C’est beaucoup moins que les 934 et 1 828 litres dont on dispose dans un Rogue, naturellement. Mais, de nouveau, c’est là un aspect du véhicule qu’il faut évaluer en fonction de ses besoins et de ses moyens.

Nissan Kicks 2021, coffre
Nissan Kicks 2021, coffre
Photo : D.Boshouwers

Dans l’ensemble, le Nissan Kicks occupe une place de choix parmi les petits multisegments, aux côtés du Kia Niro et du Hyundai Kona. Ces trois modèles sont très comparables par leur conception, leurs dimensions et l’expérience de conduite qu’ils procurent (en faisant abstraction de certaines petites nuances). Ce créneau compte aussi le Toyota C-HR et le Kia Soul, deux modèles à l’allure fantasque, de même que le Mazda CX-3, qu’on aime pour son comportement plus dynamique. Et dire que j’entends régulièrement des gens — même des chroniqueurs — se tromper en parlant du Kona... alors qu’ils pensent au Kicks, et vice versa !

L’acheteur devrait donc essayer ces véhicules et comparer leurs équipements pour faire le bon choix. Car, heureusement, il n’y a pas de véhicules indésirables dans ce lot, surtout pas le Nissan Kicks. Et j’ose l’affirmer sans hésiter, malgré la catastrophe que j’ai évitée de près avec ce fameux vélo de montagne...

Fiche technique de Nissan Kicks 2021 S

Fiche technique de Nissan Kicks 2021 SV

Fiche technique de Nissan Kicks 2021 SR

Nissan Kicks 2021, écusson
Nissan Kicks 2021, écusson
Photo : D.Boshouwers

On aime

Allure sympathique, voire discrète (que la peinture deux-tons rend plus provocante)
Sièges avant confortables
Commandes bien pensées, ergonomie réussie
Parfait pour la ville
Correct pour l’autoroute

On aime moins

Pas de transmission intégrale
Coffre intéressant, mais sans plus
Moteur doux; boîte à variation continue perfectible

La concurrence principale

Chevrolet Trailblazer
Ford EcoSport
Honda HR-V
Hyundai Venue / Hyundai Kona
Kia Niro / Kia Seltos
Mazda CX-3 / CX-30
Subaru Crosstrek
Toyota C-HR

Nissan Kicks 2021, de haut
Nissan Kicks 2021, de haut
Photo : D.Boshouwers
Nissan Kicks 2021, profil
Nissan Kicks 2021, profil
Photo : D.Boshouwers
Nissan Kicks 2021, arrière
Nissan Kicks 2021, arrière
Photo : D.Boshouwers

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Nissan Kicks 2021
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Boshouwers
Photos du Nissan Kicks 2021
Derek Boshouwers
Derek Boshouwers
Expert automobile
  • Plus de 5 ans d'expérience en tant que journaliste automobile
  • Plus de 50 essais réalisés au cours de la dernière année
  • Participation à plus de 30 lancements de nouveaux véhicules en carrière en présence des spécialistes techniques de la marque