Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Historique de la Honda Accord ( 2 de 2 )

Historique de la Honda Accord ( 2 de 2 )

Par ,

Historique de la Honda Accord

Au cours des années soixante-dix, les voitures américaines dominaient largement le marché automobile en Amérique du Nord. Pendant cette période, plusieurs facteurs sont venus redéfinir la façon de concevoir des véhicules automobiles tels que la hausse du prix du carburant, l'environnement et bien sûr, l'invasion des voitures japonaises. Même si le manufacturier Honda est arrivé au pays en 1966, ce n'est qu'en 1973 qu'il nous a offert son premier véhicule de grande diffusion, la Civic. Grandement satisfait du rendement de cette sous-compacte, le public nord-américain ne faisait qu'attendre l'arrivée d'une voiture plus logeable et plus performante, conçue par le même constructeur. Elle arriva en 1976 sous le nom d'Accord.

Génération 4 (1990-1993)

Honda avait pris l'habitude de renouveler ses modèles tous les quatre ans. L'Accord fut donc entièrement repensée pour l'année modèle 1990. Le modèle coupé hatchback fut définitivement rayé du catalogue et seul un coupé et une berline étaient disponibles. Deux nouveaux moteurs étaient au rendez-vous, dont le premier prenait place sous le capot des coupé et berline LX et de la berline EX. Il s'agissait d'un 4 cylindres de 2.2 litres à injection électronique et à 16 soupapes développant 125 chevaux. Le deuxième que l'on retrouvait sous le capot des berlines et coupés EX-R était une version légèrement plus performante du même moteur qui développait 130 chevaux. Chacune des versions pouvait être commandée avec un choix de boîte manuelle à 5 rapports ou automatique à 4 rapports. Tous les modèles étaient également pourvus de la direction à assistance variable et d'une suspension indépendante à double levier triangulé aux quatre roues.

Du côté esthétique, l'Accord de quatrième génération avait beaucoup de traits communs avec sa devancière. Ses lignes étaient cependant plus arrondies et les phares escamotables ont été remplacés par des feux conventionnels qui, en raison de la nouvelle loi canadienne, possédaient une fonction de feux de jour. L'habitacle plus accueillant était désormais équipé d'un console centrale complète qui ne laissait aucun espace vide entre la planche de bord et le levier de transmission.