Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de la Volkswagen Golf R 2022 : machine à dérapage

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO
Volkswagen Golf R 2022, profil
Photo : V.Aubé
Volkswagen Golf R 2022, profil

Auto123 met à l’essai la Volkswagen Golf R 2022.

Il y a quelques mois à peine, je me dirigeais du côté de Niagara-on-the-Lake pour un premier contact assez satisfaisant des nouvelles Volkswagen Golf GTI et Golf R 2022. J’avais même essayé de déterminer laquelle des deux méritait votre attention, sans grand succès je dois l’avouer.

Cette fois, c’est sur une surface beaucoup plus glissante que j’ai pu mettre à l’épreuve la Golf R. En effet, le sort a voulu que je reprenne le volant de la plus dispendieuse des Golf pendant une semaine assez glaciale tant sur le bitume que dans l’atmosphère.

Peu importe, ce ne sont pas quelques flocons de neige, des plaques de glace et un froid de canard qui allaient m’empêcher de conduire ce troisième opus de la R (si on exclut les R32 qui l’ont précédée). D’ailleurs, j’ai toujours préféré la R en hiver et la GTI, au retour du beau temps, non pas parce que la version à deux roues motrices est désagréable en hiver, mais bien parce que la Golf R est un monstre lorsque les conditions idéales sont réunies. Ça tombe bien, elles l’étaient pour ce deuxième contact.

Je n’irai pas par quatre chemins, le but premier de cet essai hivernal était surtout de faire l’expérience du mode Drift, des paramètres qui rendent la voiture plus joueuse lorsqu’on pousse fort dans les virages.

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

Volkswagen Golf R 2022, intérieur
Photo : V.Aubé
Volkswagen Golf R 2022, intérieur

La magie de l’électronique
C’est la tendance depuis plusieurs années déjà, mais disons que le niveau de personnalisation n’a jamais été aussi complet que dans les bolides très récents. La Golf R propose pas moins de six modes de conduite différents (Comfort, Sport, Race, Special, Drift et Custom). Mais, celui qui m’intéressait particulièrement était le mode Drift puisque nous n’avions pas vraiment eu la chance de l’essayer dans les rues et/ou routes des environs de Niagara-on-the-Lake. Cette fois, je n’allais pas manquer mon coup!

J’ai donc placé la voiture en mode Drift et je me suis élancé en prenant bien soin de tourner le volant, question de faire décrocher le train arrière. La voiture s’est instantanément mise à déraper sans que je perde le contrôle. En fait, malgré le fait que le système antipatinage soit débranché, la voiture n’était pas complètement libre de ses systèmes de sécurité embarqués, Volkswagen ayant conservé un « filet de sûreté » au cas où. En effet, j’avais beau pousser davantage, la Golf refusait catégoriquement de déraper plus fort ou avec un angle plus prononcé.

Remarquez, le mode Drift est déjà très bien balancé en gardant un minimum de retenue pour le conducteur moins expérimenté. D’ailleurs, je recommanderais au conducteur moyen de suivre un cours de conduite avancé avant de s’autoproclamer pilote de drift professionnel. Et, il serait judicieux de garder ce genre de comportement pour les circuits fermés.

J’ai toutefois pu pousser la Golf R un peu plus loin en désactivant complètement l’antipatinage et le contrôle de stabilité. Il suffisait de trouver le bon menu dans le système d’infodivertissement! Suite à cette opération, la Golf R s’est montrée beaucoup plus difficile à contrôler sans toutefois être impossible à conduire. La direction alourdie, la suspension plus ferme et le vecteur de couple qui se montre plus permissif transforment la Golf R en une voiture de course pour la route… à un niveau de confort qui n’a absolument rien à voir avec une voiture de piste, croyez-moi!

J’ai une fois de plus pu découvrir que la sonorité de la mécanique à haut régime n’est pas aussi aguichante que celle de la nouvelle GTI. Que voulez-vous? Les goûts, ça ne se discute pas. De toute manière, ce petit détail pourra facilement être retravaillé avec un système d’échappement moins restrictif… et probablement plus guttural!

Volkswagen Golf R 2022, roue
Photo : V.Aubé
Volkswagen Golf R 2022, roue

Manuelle ou double embrayage?
La livrée prêtée pour quelques jours était munie de l’excellente boîte de vitesses à double embrayage à sept rapports. Toutefois, les puristes vous diront que rien ne vaut une boîte manuelle pour un maximum de sensations au volant. À ce niveau, ils ont raison, mais sachez que l’unité DSG (pour Direct Shift Gearbox) est très, très compétente dans plusieurs situations de conduite, que ce soit à une cadence élevée ou simplement pour résister au dernier bouchon de circulation. J’avoue que j’aimerais retrouver un bon vieux levier à l’endroit où les concepteurs ont déposé ce minuscule levier qui n’offre plus le mode manuel à cet endroit. En effet, seules les palettes derrière le volant autorisent le changement manuel des vitesses.

Notez également que la Golf R équipée de la boîte DSG est plus généreuse au niveau du couple avec 295 lb-pi contre 280 seulement pour la version à boîte manuelle. La puissance de 315 chevaux est toutefois identique entre les deux livrées. Personnellement, pour 15 lb-pi de couple, j’irais quand même avec l’option manuelle!

Volkswagen Golf R 2022, trois quarts arrière
Photo : V.Aubé
Volkswagen Golf R 2022, trois quarts arrière

Le mot de la fin
La Volkswagen Golf R 2022 est probablement la dernière de la lignée… sous cette forme du moins! Il y a fort à parier que le virage électrique viendra modifier les plans de la haute direction… et ceux des mordus aussi!

Il ne fait aucun doute que cette troisième R est la plus aboutie à tous les niveaux… ou presque! Amusante à conduire, la Golf R est également bien ficelée et demeure une redoutable voiture pour le quotidien, mais un élément vient gâcher l’expérience. D’ailleurs, j’ai pu reconfirmer ce fait d’armes en prenant le volant du Volkswagen ID.4 récemment, l’utilitaire électrique qui a droit au même système d’infodivertissement tactile. L’écran est somme toute bien conçu et la réactivité de ce dernier est excellente, mais ces touches tactiles qu’on retrouve un peu partout dans l’habitacle compliquent la vie de celui ou celle qui tient le volant. Et le conducteur de Golf R – ou de GTI – n’est peut-être pas intéressé à se battre avec l’aspect techno de la planche de bord de son bolide.

Est-ce suffisant pour effrayer quelques acheteurs intéressés? Peut-être, on verra bien quelle sera la réponse du public nord-américain après un an sur nos routes. En attendant cette statistique, sachez que la nouvelle R demeure l’une des meilleures de son créneau qui, tristement, est de plus en plus étroit, suite à l’annonce de Subaru qui va retirer la WRX STI de son alignement après cette génération.

On aime

Le design discret de la Golf R
La mécanique endiablée
Le confort général
Le mode Drift

On aime moins

Certains plastiques bon marché dans l’habitacle
La planche de bord tactile au possible (!)
Le fait qu’il s’agit probablement de la dernière Golf R sous cette forme

La concurrence principale

Kia Forte5 GT
Honda Civic Si / Type R
Hyundai Elantra N-Line / Elantra N
Hyundai Veloster N
Mazda3 Turbo
MINI Cooper S / JCW
Subaru WRX / WRX STI

Volkswagen Golf R 2022, écusson R
Photo : V.Aubé
Volkswagen Golf R 2022, écusson R

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Volkswagen Golf R 2022
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos de la Volkswagen Golf R 2022