Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Jeep Renegade 2019 : rendez-vous manqué

Auto123 fait l'essai du Jeep Renegade 2019, dernière édition d’un produit mal aimé de l’industrie

Lorsque les premières images du Jeep Renegade ont fait surface peu de temps avant ses débuts pour l’année 2015, la presse et le Web se sont enflammés. La marque la plus reconnue sur la planète s’apprêtait à accoucher d’un nouveau véhicule à la bouille éminemment sympathique. Tous les espoirs étaient permis. En fait, on parlait même d’une histoire à succès avant même les débuts officiels du produit.

Or, ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé. 

Analyse d’un rendez-vous manqué.

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Photo : D. Rufiange

Des doutes
Le Renegade s’est pointé comme prévu avec sa mine accrocheuse. Qui plus est, il s’immisçait alors dans un segment en pleine croissance, soit celui des VUS compacts. Théoriquement, c’était pratiquement impossible pour lui de ne pas réussir. 

Ce serait toutefois sans compter sur la capacité à se tirer dans le pied du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles). À la présentation du modèle, événement auquel l’auteur de ces lignes avait été convié, on a su d’emblée que rien ne serait facile pour ce nouveau produit. 

Photo : D. Rufiange

Dotation 
Sans entrer dans les détails, l’offre était dès le départ incomplète et mal ciblée. Les seuls modèles abordables n’offraient pas la traction intégrale. Puis, selon le type de moteur choisi, on se trouvait coincé avec la mauvaise boîte de vitesses. Le bloc le plus intéressant recevait la pire transmission alors que le moins pertinent héritait de la meilleure boîte. 

Pire, pour profiter du rouage intégral, la facture était beaucoup trop salée.

Bref, l’art de rater son entrée. 

Photo : D. Rufiange

Cinq ans plus tard
Aujourd’hui, le portrait n’est pas plus rose. En fait, il est catastrophique. L’an dernier, les ventes du Renegade ont chuté de 60,4 % au Canada pour atteindre 1193 unités. Au Québec, 75 % pour seulement 83 exemplaires.

On va s’entendre, l’avenir ne s’annonce pas reluisant pour le modèle. Néanmoins, cette année, Jeep a tenté de brasser la sauce en éliminant le moteur 4-cylindres turbo de 1,4 litre pour le remplacer par… un 4-cylindres turbo de 1,3 litre. La boîte manuelle qui était associée à cette mécanique a été biffée du catalogue. Elle a cédé sa place à la transmission à neuf rapports qui est aussi mariée à l’autre moteur proposé, un 4-cylindres de 2,4 litres. 

Photo : D. Rufiange

Et en matière de prix, si l’offre initiale est intéressante à 21 995 $, rappelons qu’il s’agit d’une configuration à traction. Pour la motricité aux quatre roues, l’offre s’amorce à plus de 28 000 $. C’est assez pour cesser le magasinage illico. 

Quant à la version Traihawk que nous avions à notre disposition, la note initiale est de 33 495 $. Avec les taxes et les frais, on dépasse facilement les 40 000 $. 

C’est trop pour ce qu’on obtient en échange ? 

Photo : D. Rufiange

Une flopée de déceptions 
La mauvaise expérience avec le Renegade commence lorsqu’on monte à bord. Si la présentation visuelle plaît d’entrée de jeu, on passe quelques secondes, voire une ou deux minutes à tenter de se trouver une bonne position de conduite, le tout en vain. C’est comme si le siège, qui n’est pas des plus confortable, avait été emprunté à un autre produit et greffé à l’habitacle du Renegade. 

À l’arrière, c’est pire, sans compter que c’est très étriqué. Et pour ce qui est des matériaux et de la qualité d’assemblage, on a déjà vu mieux.

Photo : D. Rufiange

Au volant, le nouveau moteur de 1,3 litre est plus puissant que celui remplacé avec 177 chevaux et 200 livres-pieds de couple, mais ce n’est pas la mer à boire. Si vous n’avez pas le pied trop pesant, ça va aller. Le hic, c’est que cette nouvelle unité est servie par une transmission automatique à neuf vitesses qui n’est pas une référence dans l’industrie. Cette dernière cherche souvent le bon rapport. En fait, on fait de meilleurs choix qu’elle en les passant manuellement. 

Et pour ce qui est de la tenue de route, on repassera. Ce n’est pas que le Renegade soit si mauvais, c’est que lorsqu’on le compare à ce que propose la concurrence, il n’est tout simplement pas dans le coup. 

En somme, pour le prix suggéré, on reste sur notre appétit. 

Photo : D. Rufiange

Du positif ?
On aimerait bien équilibrer un peu les choses avec une longue liste d’éléments positifs, mais nous serions contraints à mentir. Néanmoins, quelques caractéristiques propres au modèle essayé demeurent intéressantes. 

C’est le cas du système Uconnect qui sert d’interface multimédia. Ce dernier est un des plus faciles à utiliser à travers l’industrie. 

Puis, parce que nous avions à notre disposition la variante Trailhawk, il faut reconnaître que cette dernière propose des trucs intéressants pour les amateurs de conduite hors route. Ça commence avec une garde au sol rehaussé de 20 mm, la présence de crochets pour le remorquage, des plaques de protection sous le véhicule et des angles d’approches et de sorties supérieurs, question de pouvoir s’extirper de situations précaires plus facilement. 

Photo : D. Rufiange

De tous les Renegade, c’est peut-être la livrée qui offre le meilleur rapport qualité/prix en raison de ces détails, mais ne partons pas en peur ; l’ensemble demeure décevant.

Conclusion
Existe-t-il un avenir pour le Renegade ? Sous la forme actuelle, non. En fait, une simple refonte ne suffira pas. 

En matière de style, on est en possession d’une recette gagnante. Le véhicule est aussi beau aujourd’hui qu’il l’était il y a cinq ans. C’est tout le reste qui a besoin d’être revu. 

De nouvelles mécaniques et transmissions, un habitacle entièrement repensé, une conduite plus intéressante, voilà la recette nécessaire. Ce ne sera pas de la tarte, on en convient.  

Et si son avenir passait par une électrification complète ? On réglerait une partie du problème, mais il faudrait quand même revoir tout l’habitacle. Et la fourchette de prix !

Comme vous le voyez, on part de loin avec ce véhicule. Si une chose milite en sa faveur, toutefois, c’est la marque à laquelle il appartient. Il est plus facile pour un produit Jeep d’avoir droit à une deuxième chance. 

Photo : D. Rufiange

On aime

Le style
Les capacités hors routes de la version Trailhawk

On aime moins

Le travail de la boîte automatique
Le degré d’inconfort des sièges
Les prix exigés

La concurrence principale

Chevrolet Trax
Fiat 500X
Ford EcoSport
Honda HR-V
Hyundai Kona
Kia Soul 
Mazda CX-3 
Mitsubishi RVR
Nissan Kicks
Nissan Qashqai
Subaru Crosstrek 
Toyota C-HR

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Jeep Renegade 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Jeep Renegade 2019
jeep renegade 2019
Jeep Renegade 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Rufiange
Photos du Jeep Renegade 2019